L'épilation au laser s'avère-t-elle dangereuse pour la peau?

Pour plusieurs individus, l'excès de poils peut être gênant. Alors plusieurs objets sont façonnés pour résoudre ce problème. Mais, les méthodes d'épilation au laser ou à la lumière pulsée deviennent plus affluentes. Découvrez quelques effets de l'épilation au laser à travers cet article.

Qu'est-ce que l'épilation laser?

L'épilation laser est plus efficace que les autres formes d'épilation à la cire ou à l'épilateur électrique. Vous aurez plus de détails sur ce point ici https://www.nouvelle-sante.fr/. En effet, la puissance du laser fait qu’elle s'attaque directement à la base du poil (le bulbe pilaire) de manière à modifier ses cellules pour qu'il n'y ait plus production de poils.

Le laser et la lumière pulsée agissent en détruisant sélectivement le follicule pileux. Ceci se réalise avec l'absorption de la lumière par la cible qui est la mélanine. Alors, avant d'opter pour une quelconque technologie, il est primordial d'évaluer le prototype, de même que la taille et la couleur des cheveux.

Ainsi, chez les personnes ayant un phototype foncé, les lasers qui s'incrustent plus profondément dans la peau sont les plus recommandés.

Les conséquences d'une épilation au laser

Les utilisateurs du laser ou de la lumière pulsée ne ressentent pas des conséquences sur leur peau à long terme. Ainsi, le risque essentiel sur une peau colorée est: des brûlures légères du premier et de second degré. Cela peut entraîner une hyperpigmentation qui prendra des mois pour disparaitre.

Par ailleurs, les effets courants observés à court terme sont l'érythème, la douleur, la sensation de brûlure après le traitement. Aussi, les cloques, les croûtes et les cicatrices sont d'autres répercussions qu'engendre le laser dépilatoire.

Toutefois, l'énergie du laser peut se faire absorber par les mélanocytes dans les naevus. Cela peut provoquer des modifications cliniques, dermoscopiques et histologiques. Il est donc important de prendre ces changements en compte chez ceux qui sont exposés au risque de développer de mélanome, ou ceux ayant des antécédents de naevus dysplasiques.

Enfin, une attention particulière doit être accordée aux zones du corps ayant une épaisseur réduite au niveau du tissu sous-cutané.